Recherche
Calendrier
  • Décembre 2017
    LunMarMerJeuVenSamDim
      
     1 2 3
    4 5 6 7 8 9 10
    11 12 13 14 15 16 17
    18 19 20 21 22 23 24
    25 26 27 28 29 30 31

  • Évènements à venir :
    • Des événements sont à venir, restez en ligne!

NE DEMÂTEZ PAS !!

17 janvier 2009

        Mon premier ”euro-coup de gueule” de l’année 2009 sera pour l’enlèvement progressif de la signalétique européenne (le drapeau bleu aux 12 étoiles) sur les bâtiments publics : écoles, collèges, lycées, mairies, préfecture, bibliothèques, etc, que la présidence française, le 1er juillet 2008, avait eu l’intelligence de mettre en place.

         La communication et la pédagogie passent, en effet, par la signalétique aussi. Pendant 6 mois, tous les bâtiments de France ont donc été joliment décorés du double drapeau français et européen. C’était super.

         Etant un peu pessimiste de nature, j’avais suggéré à nombre de décideurs, édiles locaux ou nationaux, de conserver, au-delà de la présidence française, ce double pavoisement, tant l’Europe est encore trop perçue, par nombre de nos concitoyens, comme un OVNI…

 

         Je crains de n’avoir pas été entendu. Depuis le 1er janvier, je constate chaque jour, ici ou là, et un peu partout sur le territoire national, qu’on démâte.

Inconscience ou zèle délibéré ?

         Le résultat sera le même. L’Europe ne sera plus visible sur les trottoirs ou les places, au fronton de nos beaux monuments souvent chargés d’histoire.

         Nous sommes décidément incurables et désespérants.

         Après une présidence française réussie, audacieuse, combative, voilà qu’on torpille aussitôt (parfois dès le 3 janvier !!!) ce petit « détail » d’une signalétique facile, et bon marché (les mâts existent partout !), mais tellement utile pour faire passer un silencieux message.

         D’ailleurs, au lendemain du rejet français de la Constitution européenne, le député Michel Herbillon, dès septembre 2005, rendait, à la demande du Premier Ministre de l’époque, Jean-Pierre Raffarin, un Rapport très substantiel sur les causes du rejet et surtout sur les nombreuses solutions à mettre en place rapidement. Parmi celles-ci, il était très bien démontré l’importance de la signalétique européenne, au-delà du côté esthétique.

         D’autres pays plus « européens » que nous ne se posent même plus la question du double pavoisement ou non. Il existe partout, un point c’est tout. Heureux pays que la Belgique, l’Espagne, le Portugal, le Luxembourg. Il faut savoir ce que l’on veut, et ne pas faire semblant, durant 6 mois, lors des présidences françaises de l’UE !

         Une anecdote, qui me consterne, éclairera mon propos : il s’agit du soin avec lequel les préfets de la République adressent à tous leurs services administratifs au département, une note, au mois de mai, précisant bien que le 8 mai le pavoisement national est de rigueur ; que le 9 mai, le pavoisement doit être double (ah, quand même !) ; mais que le 10 mai, le double pavoisement doit être aussitôt retiré pour revenir au « simple » pavoisement national… Si ce n’était pas si lourd de conséquences, on en rirait…

         Allez, encore une petite anecdote, vécue. Il y a 2 jours, alors que je m’inquiétais auprès d’un responsable dans l’Education nationale de ce problème, quelle ne fut pas ma stupéfaction de m’entendre répondre de façon péremptoire (et je vous jure que c’est vrai !) : « mais l’Europe c’est fini, depuis le 1er janvier ! ». Fermez le ban !

         Même les mairies (36.850 communes) sont loin d’appliquer le double pavoisement. C’est incroyable ! Que craignent-elles donc ? Qu’on arrache le drapeau ? Il n’y a pas eu d’incidents durant les six mois de la PFUE, que je sache !!

 

         On ne peut pas réclamer à la fois d’être un acteur incontournable de l’Europe et refuser sa première (et simple) signalétique.

         Toujours notre côté un peu schizophrène à l’égard du fait européen.

 

         Je ne formule donc non pas un vœu en ce début d’année, mais j’adresse une signalétique : messieurs, mesdames les maires, les Présidents de Conseils généraux, régionaux ; messieurs, mesdames les Préfets ; messieurs, mesdames les directeurs de tout bâtiment public, de l’école au phare de Bretagne ou d’Arcachon, ne démâtez pas !

         Remettez, sans honte, le double pavoisement, comme nombre de pays. Ça ne fera pas de mal. Ça fera même un peu de bien.

         Contribuez ainsi, à ne pas faire retomber le soufflet de l’Europe en France durant ces 6 derniers mois flamboyants. Je n’ose même pas évoquer l’Ode à la Joie de Beethoven…

         Gardez au moins le drapeau !

         Ne démâtez pas !