Recherche
Calendrier
  • Mai 2018
    LunMarMerJeuVenSamDim
      
     1 2 3 4 5 6
    7 8 9 10 11 12 13
    14 15 16 17 18 19 20
    21 22 23 24 25 26 27
    28 29 30 31  

  • Évènements à venir :
    • Des événements sont à venir, restez en ligne!

Les jeunes Français croient-ils encore à l’Europe ?

17 mars 2011

Une enquête de la Fondation pour l’innovation politique, publiée en janvier 2011, tente de répondre à cette question importante pour l’avenir de l’Europe.

Et les surprises sont importantes.

L’enquête a été faite auprès de jeunes, et de moins jeunes, issus de différents pays européens : France, Royaume-Uni, Pologne, Estonie, Finlande, Suède, Roumanie, Hongrie, Italie et Espagne, afin de constituer un savant panel de vieux pays européens et de nouveaux venus ; de grands, de moyens et de petits.

Alors, qu’apprend-on  de cette enquête ?

D’abord, pour battre notre coulpe, les Français se sentent moins européen que leurs voisins : 42% des jeunes Français accordent un rôle important au fait d’être européen ; ils sont 49% chez les jeunes Allemands, et 55% chez les Italiens. Et on atteint le score de 61% chez les Roumains.

A la question de la confiance dans l’Union, les Français font encore figure de timorés, ils sont 43% à se dire confiants. Certes, les Grecs font moins bien que nous à 37%. Les Turcs à qui on a posé la même question, se disent confiants à … 38%. ( voilà enfin un point de rapprochement entre Turcs et Français ! ) .Mais les Italiens sont confiants à 50% ; et la jeunesse des nouveaux entrants a conservé tout son enthousiasme : ils sont 55% en Hongrie, 60% en Pologne, et 61% en Roumanie et Estonie à se déclarer avoir confiance dans l’Union européenne.

Quand on demande aux jeunes s’ils pensent que l’Union européenne a un avenir, et jouera un rôle plus important qu’actuellement, les Français tiennent encore la corde et sont seulement 29% à prédire une rôle plus important, suivis de près par les Grecs (32%) et les britanniques (34%) ; soit un trio d’eurosceptiques ; Et là encore, honneur aux nouveaux entrants : pour 52% des Polonais et 62% de Roumains, l’union européenne aura un rôle plus important à jouer à l’avenir.

Ce regard inquiet des jeunes français s’intègre, malheureusement, à une inquiétude qui dépasse largement l’Europe. En effet 47% des Français voient la mondialisation comme une menace. Alors que 66% des Allemands, et 76% des suédois, 74% des Finlandais la voient comme une opportunité. 53% des Français, seulement, pensent que leur avenir sera prometteur ; ils ne sont que 17% à penser que la France a un avenir prometteur. Seuls les Grecs font moins bien que nous. Et pourtant la situation de la France n’a pas grand-chose à voir avec la crise que subit l’ensemble de la société grecque. La jeunesse française est une des plus pessimistes de l’Europe.

Alors à qui la faute ? aux gouvernants, qui préfèrent asséner des discours simplificateurs voire simplistes, voir même faire peur sur l’insécurité, l’immigration, etc  ? A certains médias qui ne savent, ne veulent pas expliquer les fondamentaux de l‘économie et de la mondialisation, et colportent des discours anxiogènes ? Aux enseignants qui font ce qu’ils peuvent avec leurs programmes scolaires  souvent décalés ou anachroniques ? Aux militants européens , trop peu nombreux, qui ont baissé les bras et qui préfèrent la défensive à l’offensive ? A l’Union européenne qui ne sait pas proposer un vrai projet fédérateur, porteur d’espoir et de solidarité ? Au fait, qui connaît la Représentation en France de la Commission européenne ?

La faute à Voltaire, la faute à Rousseau ? non, la faute à Barroso, la faute à Sarko, la faute à Merkel, la faute à tous les chefs d’Etat et de gouvernements qui ne pensent qu’à leur élection, ou ré-élection, qui gouvernent à courte vue, sans projets, ni vision ! Et pire encore, qui prennent des mesurettes, ou réformettes au gré des sondages fluctuants et souvent contradictoires cédant ainsi au populisme, à la démagogie, et parfois au cynisme !

Ils sont loin, très loin des Jean Monnet, des Robert Schuman, des Konrad Adenauer, qui forgeaient l’Europe jour après jour, sans faiblir, sans faillir, jamais. Parfois au mépris de leur propre carrière. Qu’il est loin, ce temps là ! Qu’il est loin le temps où l’Europe était un projet politique, où l’Europe faisait rêver.

Et si à la prochaine génération de dirigeants tout recommençait ?

I have a dream…