Recherche
Calendrier
  • Janvier 2018
    LunMarMerJeuVenSamDim
      
    1 2 3 4 5 6 7
    8 9 10 11 12 13 14
    15 16 17 18 19 20 21
    22 23 24 25 26 27 28
    29 30 31  

  • Évènements à venir :
    • Des événements sont à venir, restez en ligne!

La France perdra son AAA !

01 octobre 2011

C’est – tragiquement – historique, le premier poste budgétaire de la France sera, en 2012, celui… du déficit ! Avec près de 95,5 milliards d’euros, ce sera le premier poste absolu, devant celui de l’Education nationale, de la Défense, etc.

La France bat un triste record : elle est désormais dans le « Top 20 » des pays les plus endettés au monde ! Plus rien, et certainement pas l’immobilisme total du gouvernement, n’arrêtera la spirale infernale de l’augmentation de la dette, qui continue en 2011, malgré les belles paroles, et continuera en 2012, et ce d’autant plus que la croissance sera encore plus faible qu’en 2011 (entre 1,1 et 1,4% au mieux en 2012, n’en déplaise aux sirènes officielles toujours optimistes !…).

Cela veut dire aussi que l’intérêt de la dette, c’est-à-dire ce que nous devons payer chaque année, approchera les 50 milliards d’euros en 2012, soit le montant de l’impôt sur le revenu ! Ce montant partira donc dans la poche de nos créanciers, étrangers à 70%, au lieu de profiter aux Français et à l’économie. Les recettes fiscales servent donc à rembourser non pas la dette, qui perdure et continue à croître, mais le seul intérêt, sans rogner un seul euro de son énorme montant (1680 milliards €) ! Cela donne le vertige et le frisson, car nous n’avons plus aucune marge de manœuvre, sauf à … nous endetter davantage encore pour maintenir un peu de niveau de vie ( ?) ou investir pour l’avenir.

Ce cercle vicieux a une conséquence dramatique. Nos créanciers, nationaux ou étrangers, ne pourront pas longtemps nous faire confiance, devant un tel désastre, et continuer à nous prêter à un taux très préférentiel. Ce temps là va vite être révolu face à l’absence de réformes structurelles de longue haleine, de projets, et de conviction européenne.

Et pourtant, l’orchestre du Titanic continue à jouer, à fond la caisse. Certains vont écouter Aznavour (il faut bien se distraire !) d’autres refont le monde dans les primaires, en « décrétant » croissance et ré-industrialisation pour bientôt ! Intellectuellement intéressant, mais financièrement surréaliste. On n’a plus de sou ! Et les banques françaises sont, avec l’Etat, de futures débitrices du dépôt de bilan grec.

Quand les politiques cesseront-ils de faire du blabla politique, déphasé et démagogique ? Quand se feront-ils expliquer l’Economie, et ses mécanismes les plus élémentaires ? Plutôt que d’ergoter des inepties ? Quand ces gens « en responsabilité » (ce terme me paraît de plus en plus inapproprié !) seront-ils poursuivis et condamnés devant des « tribunaux économiques » pour politiques désastreuses, incompétence caractérisée, incurie économique et fossoyeur d’emplois pérennes ?

Ce temps-là viendra. Déjà, quelques associations déterminées commencent, dans quelques pays du monde, à poursuivre ces gens-là pour leurs « crimes économiques et sociaux ». Ce n’est qu’un début. Car ils n’ont aucune idée, aucune vision, aucune stratégie, si ce n’est de sauver leur peau en mentant encore et toujours ! Ils refusent encore, à droite comme à gauche, toute solution européenne unie (budget, fiscalité, eurobonds). La France propose, au mieux, un Pacs avec les Allemands. Quelle perte de temps ! Pour paraphraser Churchill, ils hésitent entre le déshonneur et la guerre (économique). Ils auront les deux !

En attendant, le mal est fait. 30 ans continus d’endettement effréné, qui aura doublé ces dernières années. Et ça continue encore !!

Le problème n’est pas de savoir si la France perdra son AAA. Mais quand elle le perdra. Question de semaines, au mieux de quelques mois. Comme l’Amérique. Comme d’autres pays européens. Et là, le remboursement des seuls… intérêts coûtera plus cher. Et donc nous appauvrira un peu plus. Déjà 8,2 millions de Français, soit 13% de la population totale, sont en dessous du seuil de pauvreté (soit 954 € par mois) ! Qui dit mieux ?

Les marchés (donc nos prêteurs) nous observent, de plus en plus inquiets. La dette publique s’élève à 85% du PIB, le déficit à 5,7%. Seuls les Etats-Unis et le Royaume-Uni (hors zone euro, soit dit en passant) font pire que nous. La France a aussi le record des dépenses publiques (56% du PIB) et des recettes publiques (47% du PIB). Dépenses qui augmenteront avec les aides aux autres pays cigales.

Et que faire ? Seuls, pas grand-chose, car pas de croissance, ni maintenant, ni en 2012. Pas d’exportation, à la grande différence de l’Allemagne : notre balance commerciale accuse un déficit de … 75 milliards € quand l’Allemagne a un excédent de … 160 milliards d’€, et ce depuis des années.

Les marchés observent tout cela, et s’inquiètent pour leur remboursement… Ils ne tarderont pas à sanctionner, d’autant que le plan de réduction du déficit est dérisoire par rapport aux autres pays.

Mais l’orchestre continue à jouer… Le budget 2012 est d’ores et déjà caduc, car basé sur une croissance irréaliste, avec une telle situation de la balance commerciale. Les marchés savent aussi lire un budget ! Ils savent aussi que la crise n’est pas le responsable unique du quasi doublement de la dette en 5 ans (oui, vous avez bien lu !!). Mensonge, gros mensonge, que de faire de la crise « mondiale » le seul bouc émissaire. C’est pas la faute à l’Europe, ce coup-ci, c’est la crise mondiale ! Toujours les mêmes grosses ficelles pour tenter de masquer l’incurie ! La crise a certes augmenté le déficit, en raison de la baisse des recettes fiscales (augmentation du chômage et baisse des exportations) et de la hausse des dépenses publiques (plan de relance, grand emprunt). Mais la part de la crise est relativement mineure (10 à 15%) par rapport à un déficit, chaque année, de 90 milliards d’€, et une dette totale de 1680 milliards d’€. Cette excuse peut peut-être abuser les populations, mais pas les marchés ! Les prêteurs, eux, ne font pas de la politique, ils font les comptes ! Et ils font très bien la différence entre les « pays du Nord » et les autres.

Il faut donc arrêter de mentir, en répétant à satiété que la France « s’en tire le mieux ». Ben voyons ! L’Allemagne, l’Autriche, les Pays-Bas ont une économie très saine, et avec très peu de chômage. Ils ont fait les efforts et les adaptations qu’il fallait, depuis des années. Même la Pologne est à 4% de croissance.

Tout cela évidemment on oublie de vous le dire. Alors cessons de faire de « LA » crise le bouc émissaire idéal, quand plus de la moitié du monde est en pleine croissance (à 4 à 10%) ! Les marchés observent tout cela, et classent les pays, qu’on le veuille ou non. Et dégradent la note de ceux qui vont mal. Et la France est désormais dans le viseur.

Mais dansez tranquille, l’orchestre du Titanic augmentera le volume…