Recherche
Actualités européennes
  • There are no items in this feed.

Calendrier
  • Octobre 2021
    LunMarMerJeuVenSamDim
      
     1 2 3
    4 5 6 7 8 9 10
    11 12 13 14 15 16 17
    18 19 20 21 22 23 24
    25 26 27 28 29 30 31

  • Évènements à venir :
    • Des événements sont à venir, restez en ligne!

LES AMERICAINS… ET LES AUTRES ? EUROPEENS,REVEILLEZ-VOUS !

L’Europe, de réunion en réunion (à 2, à 6, à plus), patine un peu en ce moment. Chacun y va de ses plans, et re-plans, pas toujours coordonnés, parfois protectionnistes. Certes, les plans vont – quand même – dans le bon sens, car restaurer le crédit demeure la priorité absolue. Sinon, l’économie s’effondrera, via les entreprises, faute de carburant.

Même les plus idéologues devraient quand même comprendre ça, pour une fois. A qui servirait-il de tout relancer par la consommation si les entreprises ont mis la clé sous la porte ? (soit dépôt de bilan, soit liquidation judiciaire). En fait, il faut un « mix » intelligent et coordonné entre les deux : relance par l’investissement massif qui exige, au préalable, que le crédit refonctionne à « plein régime », puis relance par la  consommation. Evidemment, le cumul des deux va faire exploser un peu plus nos déficits…

Les Etats-Unis aussi, après tout, ont déjà des déficits qui atteignent ….+ 10% de leur PIB ! A comparer avec nos critères de Maastricht qui ne tolèrent – je devrais dire « toléraient » - pas plus de 3 % maxi du PIB !

En tout cas, les Etats-Unis nous montrent qu’ils ont repris le flambeau. Ils restent LA première puissance mondiale : ils ont les Chinois pour se refinancer en permanence, eux. Nous autres, « pôvres » Européens, on n’a pas de Chinois, on n’a personne. On a 27 Etats nations « souverains » qui coordonnent tant bien que mal leurs politiques nationales de relance et masquent du bout des lèvres leurs égoïsmes nationaux. La présidence française de l’UE, pendant 6 mois, avait donné un nouveau souffle, un vrai élan européen, une présence sur la scène mondiale. L’Europe, en octobre 2008, avait réussi à prendre le leadership politique face à la crise économique, imposant même à G. W. Bush un G20 ! Comme je le craignais, le soufflet retombe très vite : inexistence quasi-totale de l’actuelle Présidence tchèque, qui n’a convoqué un Conseil informel extraordinaire des  chefs d’Etats et de gouvernement, ce week-end, que parce que l’Allemagne et la France la pressaient de le faire !!

Pourtant, des risques de dérives protectionnistes menacent, en dépit de l’obligation de coordination et de solidarité des Européens entre eux. Je crains qu’il nous manque cruellement une présidence de l’UE active et efficace (reconnue !…) pour recoller en permanence les morceaux, colmater les brèches dans la solidarité communautaire et éviter les risques de dérives du « chacun pour soi ». Encore un exemple : je viens d’apprendre que l’Allemagne, via Siemens, va sortir du capital d’AREVA pour nouer un partenariat avec la …. Russie sur le nucléaire ! Fermez le ban !

Je me répète, mais c’est toujours le talon d’Achille de l’Europe : unis (même dans la diversité ! ), on gagnera ; divisés (dans l’adversité..) on perdra tout. Surtout face à une crise d’une telle ampleur. Et les Etats-Unis retarderont leur propre déclin de quelques décennies.

 

Un peu d’histoire pour étayer mon propos : les Etats-Unis ont toujours eu des alliés de poids (Chine, Inde) pour se refinancer, soutenir leur monnaie universelle, acheter leurs produits technologiques. Bref, pour s’en sortir, et rebondir. Cela leur a permis, depuis la fin des accords de Bretton-woods, en août 1971, de jouer au yo-yo avec le dollar, de laisser filer leurs déficits publics au seul profit de la croissance et de l’emploi, d’être totalement laxistes sur les taux d’intérêt (très bas !), le contrôle prudentiel des banques et institutions financières (merci Alan Greenspan !!), contrairement à l’Europe et sa Banque Centrale Européenne, injustement décriée. On connaît la suite : bulles immobilières, financières qui explosent, surendettement, etc. Bref, les USA sont à l’origine presque exclusivement (presque, car l’Europe - banques, citoyens - s’est rendue aussi complice des dérives spéculatives et financières, et des produits à risque si alléchants sur le plan rémunérateur…) de cette crise mondiale, comme toujours d’ailleurs (1929, 2000, Enron, etc).

C’est le privilège du fort, du leader géopolitique mondial. Je rappellerai la phrase cruelle d’un Secrétaire d’Etat au Trésor dans les années 1980 : « le dollar, c’est notre monnaie, mais c’est votre problème ».

Là au moins, l’Europe a réagi (il a fallu 30 ans quand même !!) : en 1999 naissait l’euro, la plus grande réussite de toute la construction européenne qui donne, surtout en temps de crise, un peu d’air, et un peu de souveraineté !

Le reste : gouvernance économique (une vraie !) ; budget européen (un budget décent, pas 1% du PIB !) ; fiscalité commune (au moins convergente) n’a pu ou voulu être fait. Tant pis pour nous ! L’Europe est aussi puissante que les Etats-Unis sur le plan économique, et reste un nain sur le plan politique (sauf au second semestre 2008 !).

Donc, les Etats-Unis imposent – et exportent – leur crise, et en ressortiront avant nous, ce qui redonnera le « LA » à la croissance mondiale ! Schéma connu…

La clé de leur réussite ? Les Chinois. Nous, on n’a pas de Chinois, on n’a personne. Dommage. Ce sont les Européens qui financeront par l’impôt leurs déficits abyssaux.

La Chine est le premier détenteur du monde de bons de Trésor américains, devant le Japon ! Fin 2008, elle en détenait pour 700 milliards de dollars, l’équivalent du plan de relance d’Obama !

La Chine, elle détient en outre d’énormes réserves de change, de l’ordre de 2000 milliards de dollar (et un peu en euros, quand même). Elle est ainsi le premier  détenteur mondial de billets verts, devant les …Etats-Unis !! Elle-même touchée très sérieusement par la crise, elle injectera bien sûr une partie de ses réserves sur ses territoires, en faisant des investissements massifs nécessaires pour relancer son économie. Mais le reste sera pour l’Amérique, pas pour nous, ou pratiquement pas (un peu d’Airbus, des centrales nucléaires).

Rêvons quelques secondes. Imaginez que l’Europe soit encore le leader mondial avec sa monnaie mondiale  (comme au XIXème siècle, avec la Livre Sterling). Et bien, les Chinois renfloueraient l’Europe, tout simplement ! Avec NOS bons du Trésor….

Privilège du fort, je disais… Et tant pis pour le faible. Il n’avait qu’à pas se rendre faible !

Madame Hillary Clinton, Secrétaire d’Etat aux affaires étrangères, est revenue victorieuse de son récent voyage à Pékin : avec l’annonce que les Chinois, une fois encore, même si cela ne les arrange guère, vu leurs besoins, joueront le jeu et garderont leurs relations économiques et politiques exceptionnelles avec l’Amérique. L’Europe compte encore trop peu dans leur jeu, malheureusement. Il faut dire aussi que ce géant asiatique (et un jour, leader mondial) a intérêt à sauver son premier client mondial, quand on sait que les exportations de la Chine représentent 38% de son PIB !

 

J’espère vraiment qu’au G20 du 2 avril, à Londres, qui réunira les 20 premières puissances du Monde, soit 80% du PIB mondial, l’UE sera soudée, solidaire et fera bloc. Les Etats-Unis risquent de privilégier  (exclusivement) le sauvetage des banques – essentiel -, et les plans de relance de l’économie sur la moralisation du capitalisme spéculatif fou et en pleine dérive dans le grand « casino » mondial. Or, cette crise est trop grave (et longue ?) pour qu’on ne s’attaque pas enfin aux causes du mal : la fin des paradis fiscaux (attention toutefois aux amalgames démagogiques en la matière : le Luxembourg, par exemple, n’est pas un « paradis fiscal » !..), un encadrement plus strict des banques et du crédit aux offres « alléchantes » de 8% à 12% d’intérêts… ; des règles comptables plus strictes ; une réforme profonde des agences de notation ; l’éradication progressive des fonds spéculatifs (hedge funds). C’est maintenant, ou jamais.

A la réunion à Berlin du 22 février avec les principaux pays européens, des progrès ont été fait vers la convergence des positions, mais on n’est jamais à l’abri de – mauvaises – surprises. L’Allemagne a toutefois permis un engagement européen fort : tout Etat de la zone euro qui serait menacé de faillite sera soutenu par les autres. En cas de risque systémique, la solidarité s’imposera. C’est déjà pas mal. Mais quid des autres ? De grands risques menacent certaines économies, très fragilisées, des pays d’Europe centrale et orientale. Ils ne sont pas encore dans l’euro. Mais ils sont dans l’UE. La solidarité doit jouer, aussi. Non ?

 

Je terminerai sur la déclaration de Bruno Le Maire, Secrétaire d’Etat aux Affaires européennes : « il reste du travail pour faire naître un intérêt européen ».

Absolument d’accord. Il faut aller plus loin, et plus vite. Par raison, au moins, sinon par passion… On n’a pas le choix. La Commission devrait de nouveau « impulser ». Et pas attendre sa recomposition, après les élections européennes ! Le budget de l’Union ne dépasse pas 1% du PIB européen (133,8 milliards d’euros pour 2009). Quant à la présidence actuelle de l’UE… j’ai déjà dit ce que j’en pensais !

On ne peut pas lutter à armes égales avec les Etats-Unis, et son complice Chinois, qui injectent beaucoup plus que nous, « pôvres » Européens.

 

Il va quand même falloir que chaque « Etat-Nation souverain » le comprenne, au moins par raison, pour relancer, unis, la machine européenne..

Pour que je n’écrive plus « l’Amérique… et les autres ? ». Pour que l’Europe-puissance émerge, et ne soit pas sous influence.

Européens, réveillez-vous !

Notre salut, c’est l’addition. Pas la division.

5 Réponses à “LES AMERICAINS… ET LES AUTRES ? EUROPEENS,REVEILLEZ-VOUS !”

  1. nicole blaise dit:

    Je comprends les grandes lignes! et j’apprends…Je ne suis hélas pas capable de commenter.Mais je ne peux m’empêcher en ce début de carême de penser aux petits sacrifices demandés aux enfants que nous étions …il y à bien longtemps!!!:
    “Prives toi de dessert.C’est pour les petits chinois qui ont faim!”
    Nous avons peut-être été trop obéissants?

  2. nicole blaise dit:

    Petite erreur qui me saute aux yeux après relecture “Prive” sans”s”….Il y avait trop de privations!!!

  3. Bernard Giroud dit:

    Faire naître un intérêt européen !
    Faire naître un intérêt pour nos concitoyens !
    C’est bien là le sens le plus avisé, donc à terme le plus efficace, non seulement d’une remise en route de la machine, mais encore le gage de la stabilité pour longtemps.
    Nous semblons être dans une période d’incertitude qui ébranle certains fondements.
    En elle-même, l’idée de surfer, d’être porté vers un futur meilleur par l’idée de la carotte balancée par la perche au nez et à la barbe de l’âne, n’a rien d’une bien grande nouveauté; C’est même avec cette technique que bien des dirigeants de par la terre ont fait avancer leurs ensembles.
    On ne changera peut être pas grand chose dans un proche futur, pour l’instant, car bien peu nombreux sont encore ceux qui raccroche leurs “moteur spirituel” aux données d’un infini difficile à “palper”.
    Donc avant d’atteindre cette étape qui permettra un progrès sans précédent, allons avec cette carotte devant le nez.
    Mais carotte implique confiance, au moins un tout petit peu, sinon cela ne marche pas.
    La confiance est un lien qui ne se décrète pas,
    Elle est le fruit, souvent, de longs rapports ente nous ; Elle est le fruit de l’exemple que l’homme ou le groupe de tête savent montrer, savent “donner”.
    Donner est le terme le plus approprié;
    Celui à qui la nature a donné le talent, ou la force, donné pour un temps compté, ne peut vraiment réussir, s’inscrire en plus au bilan global, que s’il sait que d’une certaine façon qu’il appartient au groupe, et que ce qu’ils feront ensemble, chacun en aura une part, loyalement attribuée, part que même le petit saura reconnaître.
    C’est un changement de “management”; Ca n’est ni plus ni moins que l’esprit profond de ce que nous avons appris pendant des générations voir des siècles;
    On avancerait ainsi beaucoup plus vite en sachant pratiquer, si nécessaire imposer cette transparente répartition des marrons qu’on a fait griller au feu ; Les adolescents des grands jeux dans la foret le font instinctivement. Ces équipes gagnent toujours ; Elles sont soudées pour affronter la difficulté, lorsqu’elle survient.

    En fait, pour finir, c’est comme si ont devait se souvenir :
    « Que si l’on est fort, un moment, c’est pour le service de son frère »
    Soyons persuadés que nous y gagnerons tous.

  4. Plantier Guy dit:

    Certes,Europe Puissance,mais allons au bout de notre raisonnement et disons que nous voulons ” un Etat Européen”
    Aujourd’hui,ce n’est pas politiquement correct,mais soyons provocateur !!

    Un Etat Européen pour demain,la mondialisation qui n’est autre que l’évolution de l’humanité,va vite.
    La mondialisation n’attendra pas éternellement .

    A méditer , bravo pour tes réflexion que je lis avec plaisir .

    Guy Plantier .

  5. René Cassier dit:

    Ce matin encore (16 mars )Daniel Cohn-Bendit, député européen qui se présentera à nouveau aux prochaines élections européennes, faisait remarquer que le Etats memmbres adoptaient de plus en plus une politique de replis nationaliste vis à vis de la crise.
    Il préconise que soit organiser une politique de relance au niveau de l’Europe. Cela suppose un véritable gouvernement de l’Europe.

    Il faut souhaiter que beaucoup de candidats tiennent le même langage.
    Le Traité de Lisbonne que tous les membres n’ont pas encore ratifié, était une avancée majeure pour l’EUROPE.

    Nous allons pouvoir dans les prochaines semaines où sont les vrais européens ?

Laisser un message

*