Recherche
Actualités européennes
  • There are no items in this feed.

Calendrier
  • Octobre 2021
    LunMarMerJeuVenSamDim
      
     1 2 3
    4 5 6 7 8 9 10
    11 12 13 14 15 16 17
    18 19 20 21 22 23 24
    25 26 27 28 29 30 31

  • Évènements à venir :
    • Des événements sont à venir, restez en ligne!

Des Plaques… et des Claques

Consternant, Affligeant, le comportement d’une (grosse) poignée de députés de la République qui ont obtenu, par leur lobbying passéiste, d’ajouter sur les nouvelles plaques d’immatriculation, que l’on gardera à vie, le numéro du département de son choix.

A l’heure de la mondialisation (qui n’a pas que des inconvénients), à l’heure du renouveau de la construction de l’Europe (et merci l’actuelle Présidence, flamboyante, de l’Union européenne qui redonne vie et panache aux institutions européennes), à l’heure où le pays réfléchit à une juste réforme des collectivités locales et territoriales, car on a trop de structures et d’échelons administratifs, voilà que ces députés, à contre-courant de l’Histoire, s’arc-boutent dans une posture ridicule : maintenir à tout prix le numéro du département !

Si on n’était pas en pleine crise financière et économique mondiale, on aurait envie de rire d’une telle cocasserie. Mais bon sang, en ces temps de crise, n’avez-vous vraiment rien de mieux à faire pour le pays que de déployer tant d’énergie à ce « combat » d’arrière-garde, ridicule et démagogique, sachant très bien que tôt ou tard, les départements seront fusionnés avec les Régions, voire supprimés ?

On connaissait, hélas, le nationalisme. Voilà qu’émerge le « départementalisme » !

 

Au fait, qu’en pensent les Français ? Quelques sondages ont, certes, montré qu’une majorité de Français étaient en faveur du maintien du numéro du département. Ces sondages sont-ils représentatifs de ce que pensent tous les Français ? Cela dépend de la façon dont on pose la question…

Cette nouvelle immatriculation (maintes fois retardée en France) est d’abord l’application d’une directive européenne. Et l’Europe, c’est nous aussi, ce me semble, car notre pays et nos fonctionnaires sont partie prenante de chaque décision communautaire.

Cette mesure, qui entrera en vigueur le 1er janvier 2009 (pour tout véhicule neuf ou tout véhicule d’occasion en cas de revente) a pour but d’harmoniser les immatriculations de tous les véhicules neufs de l’Union européenne, afin de lutter contre les vols et les trafics, grâce au Fichier central européen pour les pays de l’Espace Schengen. Elle a aussi pour but d’assurer la « traçabilité » des véhicules en cas d’infractions sur le territoire Schengen…Mais elle a aussi pour but de simplifier les choses en gardant la même plaque durant toute la vie du véhicule…

Mais, c’était sans compter sur le lobbying « départementaliste » de certains Conseils Généraux et de  certains députés.

 

En rajoutant le numéro du département (de son choix !) :

         - on confine à l’absurde, car il faudra refaire « la plaque à vie » et changer seulement le numéro de département, si on change de département !

         - les arguments pour justifier le maintien du numéro de département avaient été : « on pourra  se retrouver entre « pays » lorsque l’on en est en vacances » ; ou bien « on sera plus indulgent dans la circulation avec une voiture portant un autre numéro de département ». Mais comment reconnaître un « étranger » lorsque l’on peut choisir n’importe quel département ? La voiture qui vous précède et qui porte un autre numéro de département que vous, est conduite, peut-être, par votre voisin de palier !

         - on aura la plaque européenne la plus complexe (numéro du département, plus logo de la Région). Et pourquoi pas le nom de sa rue, tant qu’on y est ?!!

 

Tout cela démontre la permanence d’un « esprit de clocher » à l’heure de l’ouverture au monde…

Affligeant, je vous dis !

une Réponse à “Des Plaques… et des Claques”

  1. Jérôme Triaud dit:

    Oui, c’est affligeant…Ce qui est sûr c’est qu’il faudra mener une longue bataille contre cet esprit de clocher.
    Mais je pense que l’on a touché ici le fond tant sur la proposition que sur les arguments avancés qui sont proprement risibles -mais d’un rire jaune!
    J’ai l’impression que pas mal de nos députés et concitoyens se voient comme d’irréductibles gaulois dans leurs petites villes et villages…
    Néanmoins, cela traduit une peur de l’ouverture et peut-être quelque chose de moins conjoncturel : la conscience que des solidarités locales -en partie fantasmées- ont explosé face à la mondialisation et qu’il faut en reconstruire d’autres.
    Tout l’enjeu est là : allier la présence au monde et reconstruire des liens de proximité avec nos voisins…Mais je doute que cela ait quelque chose à voir avec une plaque d’immatriculation. Sauf à considérer qu’en elle se résume la quintessence de notre identité…

Laisser un message

*